Sexe Vevey

Je n’ai jamais eu d’orgasme” – me dit-elle pendant la pause dans un jardin public. Comment cela est-il possible ? Mais que vous ont-ils fait ? Que vous a fait la culture tragiquement bigote qu’ils vous ont imposée ? Que s’est-il passé ? Avez-vous eu de mauvais partenaires ? Vous savez que vous devez stimuler le clitoris, n’est-ce pas ? Ou votre orgasme est-il vaginal ? Je veux dire, est-ce que vous vous touchez ?

Elle dit non. Vous ne touchez pas, il pense que c’est inutile. Il ne saurait pas par où commencer et il ne s’exciterait pas de toute façon. Je lui demande si elle a déjà ressenti quelque chose proche de l’orgasme. Elle dit oui, peut-être, je veux dire, quand il était à l’intérieur, elle avait des sentiments étranges, beaux, agréables, mais l’orgasme n’est jamais venu. Je dis que peut-être elle aime l’orgasme avec des cuisses étroites, avec le frottement de petites et grandes lèvres, en tout cas pas dans cette position et sans stimulation du clitoris. Elle répond qu’elle ne sait pas et cela me rend si triste. Non pas parce que je pense que l’orgasme est une chose indispensable pour tout le monde mais, il me semble que la sexualité mal vécue est l’une des causes les plus fréquentes de névrose.

Comment allez-vous ? Je veux dire, est-ce que ça va ? Vous vous sentez bien ? Avez-vous des relations satisfaisantes ? Et elle dit non. Elle sait que le problème n’est pas son corps ou son visage, parce qu’elle pense qu’elle est assez attirante de toute façon, et il y a des hommes qui sont tout aussi seuls et qui ne diraient jamais non, mais le sexe passionné, celui qui vous donne la sensation d’être plein et vous donne envie de continuer, au lieu de cette réaction détachée immédiatement après son éjaculation, elle n’a jamais ressenti cela. Il me demande : comment se passe un orgasme ?

Comment lui expliquer qu’il s’agit de sensations subjectives, que dans ce domaine les réactions sont imprévisibles, qu’on peut trembler, frissonner, se retirer et se contracter comme si on était épileptique. Autrefois, pour un orgasme, on disait que l’on était malade d’hystérie, et je parle de la maladie inventée, inexistante, que l’on traitait avec des stimulations et des vibrateurs. L’orgasme, c’est la chaleur, c’est la détente, c’est une impulsion très forte dans le vagin et c’est une réaction infiniment forte qui enveloppe tout le corps.

L’orgasme est une caresse interminable. Comment l’expliquer à quelqu’un qui n’en a jamais fait l’expérience ? Comment l’expliquer alors que je pense à ceux qui disent que la sexualité n’est pas fondamentale, que nous devons maintenant penser à l’affectivité, au remède, parce que nous serions tous pleins de sexe. Que savent-ils pour penser que l’éducation devrait être sentimentale plutôt que sexuelle.

Au lieu de cela, il y a encore beaucoup de femmes qui ne savent rien, ou très peu, et qui se sentent mal à l’aise lorsque vous parlez de sexualité explicitement ou que vous vous dites timidement que tout ce dont vous parlez, elles ne l’ont jamais vécu.

Connaissez-vous votre région inférieure ? Vous trouvez le vagin, en haut le clitoris, en bas les petites et grandes lèvres. Dans l’ensemble, j’appelle ça une chatte. Regardez dans le miroir et touchez-le. Les sensations vous guideront. Arrêtez quand vous sentez que vous l’aimez davantage. En général, c’est le clitoris qui produit le plus de sensations, mais ce n’est pas forcément vrai. Explorez votre corps, caressez-vous, aimez-vous, aimez-vous. Si vous ne connaissez pas votre corps, vous ne saurez pas comment guider vos partenaires qui ne savent peut-être pas grand chose de ce que vous aimez.

Touchez-vous, sans vergogne, utilisez des godes, des vibromasseurs, tout ce que vous voulez et pendant que vous êtes là, en sueur, les yeux fermés, avec les muscles de vos jambes qui s’affaissent et votre vagin qui palpite frénétiquement, n’osez pas vous sentir stupide car vous ne l’êtes pas. Est-ce clair ?

Source : https://amisexe.ch/dominatrice-bdsm-vevey/